La Princesse au petit pois, aussi intitulé La Princesse sur le pois ou La Vraie Princesse, est un célèbre conte danois, écrit par Hans Christian Andersen.

Le livre a été publié pour la première fois en 1835

 

 ***

 

 « Il était une fois un prince qui voulait épouser une princesse,

mais une vraie princesse. Il fit le tour de la terre

pour en trouver une mais il y avait toujours quelque

chose qui clochait ; des princesses, il n’en manquait

pas, mais étaient-elles de vraies princesses ? C’était difficile

à apprécier, toujours une chose ou l’autre ne lui

semblait pas parfaite. Il rentra chez lui tout triste, il

aurait tant voulu avoir une véritable princesse.

 

Un soir par un temps affreux, éclairs et tonnerre,

cascades de pluie que c’en était effrayant, on frappa à

la porte de la ville et le vieux roi lui-même alla ouvrir.

C’était une princesse qui était là dehors. Mais grands

dieux ! De quoi avait-elle l’air dans cette pluie, par ce

temps ! L’eau coulait de ses cheveux et de ses vêtements,

entrait par la pointe de ses chaussures et ressortait par

le talon, et elle prétendait être une véritable princesse !

 

--  Nous allons bien voir ça, pensait la vieille reine, mais

elle ne dit rien.

 

seq1gimp

 

Elle alla dans la chambre à coucher,

retira toute la literie et mit un petit pois au fond du lit ;

elle prit ensuite vingt matelas qu’elle empila sur le petit

pois et, par-dessus, elle mit encore vingt édredons en

plumes d’eider. C’est là-dessus que la princesse devait

coucher cette nuit-là.

 

seq2gimp

 

 

 

Au matin, on lui demanda comment elle avait dormi.

Affreusement mal, répondit-elle, je n’ai presque pas

fermé l’oeil de la nuit. Dieu sait ce qu’il y avait dans ce

lit. J’étais couchée sur quelque chose de si dur que j’en

ai des bleus et des noirs sur tout le corps ! C’est terrible !

 

 Alors ils reconnurent que c’était une vraie princesse

puisque, à travers les vingt matelas et les vingt édredons

en plumes d’eider, elle avait senti le petit pois.

Une peau aussi sensible ne pouvait être que celle d’une

authentique princesse.

 

Le prince la prit donc pour femme, sûr maintenant

d’avoir une vraie princesse et le petit pois fut exposé

dans le cabinet des trésors d’art, où on peut encore le

voir si personne ne l’a emporté.

 Et ceci est une vraie

histoire. »

 

 

seq3gimp